« Ce sera être dans le noir. Ce sera être perdue, être la seule à exister au milieu de rien. Atis, j’ai peur. Ces espaces infinis m’effraient. » Ezia Polaris – chapitre 11.

 

Le projet Ezia Polaris voit le jour en décembre 2015, à l’initiative de Thomas Potier, parolier, chanteur et guitariste du groupe Rue de Prague, et d’Hugo Pellerin.

L’envie d’explorer la musique électronique en parallèle du musicien rencontre l’exploration d’un autre genre de narration de l’écrivain. Ces deux envies donnent naissance à l’univers d’Ezia Polaris : un monde influencé par les projections dystopiques d’artistes visionnaires tels que Philip K. Dick, Frank Herbert et Stanley Kubrick, ainsi que par la résurgence d’une scène musicale « synthwave » revitalisée par la démocratisation de la musique assistée par ordinateur (MAO) et par l’émulation numérique de synthétiseurs analogiques des années 80 devenus cultes, tels que le Prophet, le Jupiter ou le CS-80.

Le projet est pourvu d’une identité esthétique forte qui se décline actuellement sous la forme d’un album, d’un roman et de performances scéniques mêlant les deux supports.

Lecture, écoute, concert. Ezia propose une exploration libre de ces différentes approches, portée par ses créateurs, ainsi que par Stéphane Bélijar, claviériste de Rue de Prague, et Hugo Ruiz, éclairagiste.

Le site d’Ezia est disponible à cette adresse. Pour toute demande de renseignement, vous pouvez vous adresser à contact@eziapolaris.com.